Suspendre son jugement

« Je suspends mon jugement ». La sentence n’est pas de Montaigne, mais c’est ainsi qu’on traduit d’ordinaire le verbe grec à la première personne qui, selon l’auteur des Essais, est le « mot sacramental » des pyrrhoniens, celui qui résume leur spécificité sceptique et affiche leur allergie à toute certitude : épékhô.

[Cet article d’Alain Legros avait été publié initialement le 3 mai 2012 sur l’ancien site de la Société].

Continuer la lecture de « Suspendre son jugement »

Un nouvel exemplaire dans la Bibliothèque de Montaigne

Comme l’indique le site Monloe,  un exemplaire de Plutarque des Vies des hommes illustres grecs et romains comparées l’une avec l’autre, traduit du grec au français par Jacques Amyot, 2e édition revue et corrigée, Paris, Michel de Vascosan, 1565, est décrit dans le catalogue de la vente de livres anciens et manuscrits qui se tiendra le jeudi 15 octobre 2020, par Ivoire-Bordeaux (www.ivoire-bordeaux.com), n° 86.

Continuer la lecture de « Un nouvel exemplaire dans la Bibliothèque de Montaigne »

Tombeau de Montaigne ?

Une découverte intrigue curieuses et curieux de Montaigne ces jours-ci, comme le montre l’article du site ActuaLitté dont voici un extrait :« ‘On a un cercueil et une plaque, mais on ne sait pas encore ce qu’il y a à l’intérieur. Donc, déjà, il faut l’ouvrir, et voir s’il y a ou non des restes humains. Et s’il y a des ossements, voir si on peut ou pas les rattacher à Montaigne‘, indiquait […] Hélène Réveillas, archéoanthropologue, en charge des recherches». 

Montaigne pourrait avoir dans quelque temps et cénotaphe (voir la photo jointe du cénotaphe restauré, qui se trouve au Musée d’Aquitaine ; source wikimedia commons) et tombeau.

La Parole de Montaigne

Cet ouvrage de Jean Balsamo est consacré, selon le mot de son auteur, « aux Essais plus qu’à Montaigne », un Montaigne – l’homme réel – qui nous est « plus étranger que ne l’étaient pour lui les Indiens du Brésil ». L’œuvre, en revanche, élaboration littéraire et stylistique, demeure. Ce livre réunit des études écrites durant vingt ans, qui ont pour objet le discours élaboré par les Essais, non une pensée, ou une vie – inaccessible, mais une « parole ». Lors de sa conférence devant la Société, en janvier 2020, Jean Balsamo a évoqué ce recueil et le cheminement critique qu’il représente.

Jean Balsamo, La Parole de Montaigne. Littérature et humanisme civil dans les Essais, Torino, Biblioteca di Studi Francesi, Rosenberg & Sellier, 2019.

L’ouvrage est accessible en e-book sur open.edition Books : La Parole de Montaigne.

Une soirée, un essai

Les Essais de Montaigne sont une œuvre difficile et complexe. Le Centre Montaigne de l’Université Bordeaux Montaigne et la Librairie Mollat s’associent pour proposer des rencontres régulières, intitulées « Une soirée, un essai » qui se donnent pour but à la fois de faire entendre le texte de Montaigne dans son état d’origine et d’en proposer un commentaire simple, destinée à un large public désireux de mieux connaître les Essais sans pour autant vouloir entrer dans une lecture trop spécialisée. Ces rencontres feront ainsi découvrir des approches variées du texte, à travers les choix assumés des commentateurs.

La première rencontre, consacrée à l’essai « De l’amitié », est regardable en vidéo ici.

Le « sage ignorant »

Dans l’ « Apologie de Raymond Sebond », Montaigne s’insurge de manière détaillée et assez explicite contre toute forme de dogmatisme : « La peste de l’homme, dit-il, c’est l’opinion de savoir » (II, 12). Ce refus des certitudes acquises a pour corollaire la mise en œuvre d’un type de savoir, ou plutôt, de savoir-vivre fortement lié au concept d’ignorance. En nous présentant plusieurs figures emblématiques de l’ignorance tout au long des Essais, Montaigne souligne à maintes reprises l’admiration qu’il porte à des personnages tels que Socrate, les humbles paysans de son temps et les Indiens d’Amérique. Le plus souvent perçu comme un des hommes les plus lettrés de son siècle, il semble à première vue paradoxal que Montaigne valorise la sagesse de personnes habituellement taxées d’ignorance, c’est-à-dire les « honnêtes gens », dits “simples et grossiers” et assurément, étrangers au cercle restreint des « fines gens », humanistes érudits et membres notoires de l’élite intellectuelle de son temps. L’affirmation des figures paradoxales du »sage-ignorant » peut en ce sens soulever de nombreuses questions.

Continuer la lecture de « Le « sage ignorant » »

Visite virtuelle de la tour de Montaigne

La librairie Mollat a réalisé, avec la collaboration du Centre Montaigne, un film sur la tour de Montaigne, dans le cadre de ses films sur les maisons d’écrivain (avec la contribution d’Anne-Marie Cocula, Alain Legros et Violaine Giacomotto-Charra, images tournées par Denis Mollat). Vous y verrez l’extérieur et le château actuel, ainsi que l’intérieur, la chapelle et la fameuse librairie : visite de la tour.

Catalogue des sentences de la librairie

Nous republions ici un article d’Alain Legros paru initialement le 24 mars 2012 sur l’ancien site de la SIAAM. Le catalogue des sentences a été, depuis, mis à jour, car il ne faisait pas encore état des deux sentences qu’Alain Legros a identifiées depuis, en 2013, puis publiées sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes en 2015.

Cet article propose donc une version actualisée du catalogue.

Continuer la lecture de « Catalogue des sentences de la librairie »

A propos du précédent site de la société

Le site amisdemontaigne.fr sera encore consultable quelques semaines. Les articles les plus importants seront sauvegardés et progressivement mis en ligne sur le nouveau site de la société.

Si vous le souhaitez, vous pouvez retrouver l’intégralité des articles ici et télécharger les contenus de votre choix (textes, images, vidéos).

E : Épidémie

E comme « épidémie » et comme « épreuve » de la peste

Épidémie – Mon air très salubre, où de tout temps aucune maladie contagieuse bien que voisine n’avait su prendre pied, venant à s’empoisonner, produisit des effets étranges. J’eus à souffrir cette bizarre condition que la vue de ma maison m’était effroyable. Tout ce qui y était était sans garde et à la merci de qui en avait envie. Moi qui suis si hospitalier, je fus en très pénible quête de retraite pour ma famille : une famille égarée, faisant peur à ses amis et à soi-même, et horreur où qu’elle cherchât à se placer, ayant à changer de demeure dès qu’un de la troupe commençait à souffrir du bout du doigt. Toutes maladies sont alors prises pour peste, on ne se donne pas le loisir de les reconnaître. Et le plus beau, c’est que selon les règles de l’art médical, quand le danger menace, il faut être quarante jours dans l’angoisse d’être contaminé, l’imagination vous travaillant cependant à sa façon et enfiévrant même votre santé. Tout cela m’eût beaucoup moins touché si je n’eusse eu à me ressentir de la peine d’autrui, et servir six mois misérablement de guide à cette caravane. 1626

[Le principe de l’alphabet d’A. Legros est ici]