A propos du précédent site de la société

Le site amisdemontaigne.fr sera encore consultable quelques semaines. Les articles les plus importants seront sauvegardés et progressivement mis en ligne sur le nouveau site de la société.

Si vous le souhaitez, vous pouvez retrouver l’intégralité des articles ici et télécharger les contenus de votre choix (texte, images, vidéo).

E : Épidémie

E comme “épidémie” et comme “épreuve” de la peste

Épidémie – Mon air très salubre, où de tout temps aucune maladie contagieuse bien que voisine n’avait su prendre pied, venant à s’empoisonner, produisit des effets étranges. J’eus à souffrir cette bizarre condition que la vue de ma maison m’était effroyable. Tout ce qui y était était sans garde et à la merci de qui en avait envie. Moi qui suis si hospitalier, je fus en très pénible quête de retraite pour ma famille : une famille égarée, faisant peur à ses amis et à soi-même, et horreur où qu’elle cherchât à se placer, ayant à changer de demeure dès qu’un de la troupe commençait à souffrir du bout du doigt. Toutes maladies sont alors prises pour peste, on ne se donne pas le loisir de les reconnaître. Et le plus beau, c’est que selon les règles de l’art médical, quand le danger menace, il faut être quarante jours dans l’angoisse d’être contaminé, l’imagination vous travaillant cependant à sa façon et enfiévrant même votre santé. Tout cela m’eût beaucoup moins touché si je n’eusse eu à me ressentir de la peine d’autrui, et servir six mois misérablement de guide à cette caravane. 1626

[Le principe de l’alphabet d’A. Legros est ici]

Le principe de l’alphabet d’Alain Legros

Alain Legros propose pour illustrer des mots-clefs de notre temps comme “féminisme” (publié le 8 mars 2020) ou “épidémie” (publié lors de la quarantaine due au covid 19) une citation (parfois adaptée) des Essais qui éclaire notre présent. Ce site publiera régulièrement un extrait de cet alphabet. Et peut-être comme il nous invite à le faire, pourrons-nous à notre tour nous prêter à ce jeu.

Alain Legros explique ainsi le principe de ce florilège qu’il intitule “Montaigne nous parle” :

“Dans les peintures comme dans les fenêtres, ce qui intéressait André Breton, c’est, disait-il, ce sur quoi elles ouvrent. L’auteur des Essais dit à peu près la même chose des « vues » très dégagées de sa bibliothèque, de ses « mille » volumes aux horizons multiples, et de son propre livre offert, sur tous sujets, aux bonnes conversations. Cessant un moment de l’étudier, admettons-le donc parmi nous, posons-lui nos questions du jour, voyons comment d’une certaine façon il semble les avoir déjà abordées à défaut de pouvoir toujours y répondre. Peut-être nous fera-t-il aller plus loin dans nos propres réflexions…

Voici, en regard de quelques-uns des mots-clefs de nos échanges et débats actuels avec lesquels elles peuvent entrer en résonance, un florilège de citations de Montaigne (traduites ou adaptées par mes soins, et sans guillemets), elles aussi ouvertes et offertes à quiconque voudra, en prolongeant cette liste, créer d’autres passerelles entre l’ancien monde et le nôtre. Ainsi faisait-il lui-même en s’entretenant avec les Anciens. L’anachronisme et l’extrapolation sont ici de rigueur, et la subjectivité bienvenue, qui ne s’attache qu’à ce qui « nous parle », au sens familier du terme (« ça me parle », « ça me dit quelque chose »), soit en bien soit en mal. “

Remarque : Sauf indication contraire, dans chaque article, les nombres en italique renvoient aux pages de l’édition modernisée de référence (éd. Céard et al., Paris, Gallimard, La Pochothèque, 2001). S’y reporter permettra de compléter ou restituer ces fragments, et surtout de les replacer dans leur contexte, car ce ne sont après tout que pensées en mouvement, donc de passage, écrites pour deviser, non pas pour aviser. Il y a, dit Montaigne, « toujours place pour un suivant. Oui, et pour nous-mêmes, et route par ailleurs ».

Vous pouvez lire l’intégralité de l’alphabet en cliquant sur le lien ci-dessous.

De la Phisionomie. Essais III,12

Commentaire de Blandine Perona

  • Résumé: Dans « De la phisionomie », l’ironie fragilise le récit élogieux que Montaigne fait de lui-même en se comparant à Socrate. Est proposée ainsi une réflexion sur l’exemplarité possible des récits, sur les limites intrinsèques de cet autoportrait de « bonne foi » et le bon usage qu’on peut en faire.
  • Publié en 2019, Paris, Classiques Garnier.