1 réflexion sur « F : Féminisme »

  1. Marie Le Jars de Gournay (1565-1645), “fille d’alliance” et éditrice posthume de Montaigne (de 1595 à 1635), ne semble pas avoir été troublée par des propos que nous qualifierions aujourd’hui de “misogynes” et qui voisinent dans les Essais avec une telle prise de position “féministe” . Cette “militante” des droits des femmes (troisième possible anachronisme!) publiera en 1622 Égalité des hommes et des femmes, au titre étrangement moderne, et en 1626 Grief des dames. Le premier de ces deux ouvrages commence ainsi: “La plupart de ceux qui prennent la cause des femmes contre cette orgueilleuse préférence que les hommes s’attribuent leur rendent le change entier [= leur rendent la pareille en] renvoyant la préférence vers elles. Moi qui fuis toutes extrémités, je me contente de les égaler aux hommes, la nature s’opposant pour ce regard [= sur ce point] autant à la supériorité qu’à l’infériorité.” Pour un féminisme bien tempéré… A. Legros, 16 mars 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.