E : Épidémie

E comme “épidémie” et comme “épreuve” de la peste

Épidémie – Mon air très salubre, où de tout temps aucune maladie contagieuse bien que voisine n’avait su prendre pied, venant à s’empoisonner, produisit des effets étranges. J’eus à souffrir cette bizarre condition que la vue de ma maison m’était effroyable. Tout ce qui y était était sans garde et à la merci de qui en avait envie. Moi qui suis si hospitalier, je fus en très pénible quête de retraite pour ma famille : une famille égarée, faisant peur à ses amis et à soi-même, et horreur où qu’elle cherchât à se placer, ayant à changer de demeure dès qu’un de la troupe commençait à souffrir du bout du doigt. Toutes maladies sont alors prises pour peste, on ne se donne pas le loisir de les reconnaître. Et le plus beau, c’est que selon les règles de l’art médical, quand le danger menace, il faut être quarante jours dans l’angoisse d’être contaminé, l’imagination vous travaillant cependant à sa façon et enfiévrant même votre santé. Tout cela m’eût beaucoup moins touché si je n’eusse eu à me ressentir de la peine d’autrui, et servir six mois misérablement de guide à cette caravane. 1626

[Le principe de l’alphabet d’A. Legros est ici]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.