Hervé Briaux et les Essais – L’intimité avec Montaigne retrouvée

Courez au Théâtre de poche écouter Hervé Briaux/Montaigne !

Un homme est allongé sur la scène et, alors que la salle est encore obscure, il raconte l’anecdote qui ouvre le chapitre « De la coutume ». Pour le lecteur ou la lectrice habituée de Montaigne, il y a, je crois, d’abord un sentiment d’étrangeté. La voix de ce comédien n’est pas la voix intérieure que nous entendons lors de nos parcours silencieux des Essais, les mots ne sont pas exactement ceux que nous connaissons et nous goûtons. Et malgré la force de l’habitude – qu’évoque précisément ce spectacle en son début – le sentiment d’intrusion et d’infidélité à « notre » Montaigne qui n’appartient à personne s’estompe très vite. Hervé Briaux parvient merveilleusement à nous faire entendre « son » Montaigne et à disparaître derrière lui pour recréer une conversation amicale avec l’auteur bordelais. Le théâtre fait sonner l’« art de conférer » de Montaigne, il en fait ressortir l’humour. Hervé Briaux s’est prêté à l’exercice proposé par les Essais : en faire une leçon partielle et provisoire pour soi-même qu’on peut ensuite proposer à d’autres. Le Montaigne qui transparaît dans un judicieux échantillon est celui qui s’étonne de l’étrangeté de nos modes de vie, qui perce à jour la présomption qui nous aveugle sur nos contradictions et nous autorise, croyons-nous, à régner sur la nature, celui enfin qui ne s’habitue jamais à lui-même et trouve, malgré tout, une façon de jouir d’un présent précaire. S’ajoutent la justesse du jeu et celle de la mise en scène qui révèlent un homme qui partage sa vulnérabilité. Hervé Briaux assisté par Chantal de la Coste réussit ainsi à faire vivre la mise à nu et la conversation amicale que sont les Essais. Cette mise à nu reste métaphorique, Hervé Briaux et Chantal de la Coste savent, comme Montaigne, qu’on se dévoile mieux quand on ne se dévoile qu’en partie.

Le sentiment initial qu’on fait intrusion dans notre relation personnelle avec Montaigne disparaît donc rapidement pour de bon, il laisse la place au plaisir d’une intimité retrouvée. Et Hervé Briaux fait mieux que de séduire ceux et celles qui ont parcouru un peu de chemin avec Montaigne, il donne envie de le lire à ceux et celles qui ne l’ont pas encore fait.

Pour tout cela, un grand merci !

NB : Toutes les informations pratiques se trouvent dans ce précédent article.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.