Montaigne et Bar-le-Duc 1559-2021

J’ai eu la chance et l’honneur de représenter, en tant que vice-présidente, la Société des Amies et Amis de Montaigne à Bar-le-Duc. J’en suis repartie avec l’envie de rendre hommage à la magnifique énergie déployée par les habitant.e.s de cette ville. Ce billet est donc pour moi une façon de remercier et saluer ceux et celles qui communiquent enthousiasme et admiration légitimes pour une ville qui renferme des merveilles.

Bar-le-Duc, 1559 et 1580

En 1559, Montaigne suivit la Cour à Reims où, le 18 septembre, eut lieu le couronnement de François II, puis à Bar-le-Duc « où Claude de France, fille de Henri II, allait rejoindre son époux le duc Charles III, qu’elle avait épousé le 22 janvier 15591 ». À cette occasion, comme il l’écrit dans le chapitre « De la presumption », il découvrit un autoportrait qui, ainsi que  le suggère Marie-Luce Demonet, a pu inspirer le projet des Essais :

Je vis un jour, à Barleduc, qu’on presentoit au Roy François second, pour la recommandation de la memoire de René Roy de Sicile2, un pourtraict qu’il avoit luy-mesmes fait de soy.

Montaigne se rendit une nouvelle fois dans la cité lorraine en 1580. Il y fit étape alors qu’il était en route pour l’Italie. Dans son journal de voyage, il raconte qu’il :

n’y  trouva  de  remarquable  de nouveau  que  la  despense  estrange  qu’un  particulier  prestre  &  doyen  de  là  a  employé  &  continue tous  les  jours  en  ouvrages  publiques.  Il  se  nomme  Gilles  de  Treves;  il  a  bati  la  plus  sumptueuse chapelle  de  marbre,  de  peintures  &  d’ornemens  qui  soit  en  France,  &  a  bati  &  tantot  achevé  de mubler  la  plus  belle  maison  de  la  ville  qui  soit  aussi  en  France,  de  la  plus  belle  structure,  la  mieux compassée,  étoffée,  &  la  plus  labourée  d’ouvrages  &  d’anrichissemans,  &  la  plus  logeable  :  de  quoy il  veut  faire  un  colliege,  &  est  après  à  le  doter  &  mettre  en  trein  à  ses  despens.

Le très riche Gilles de Trèves, issu comme Montaigne d’une noblesse récente, n’a cédé sa splendide « maison » qu’à sa mort. Et contrairement à la chapelle qui a été détruite, ce magnifique édifice est toujours sur pied. Il fait partie de ce patrimoine – matériel ou immatériel – que plusieurs Barisiennes et Barisiens font vivre par des événements comme celui organisé le 27 novembre 2021.

Ecole lorraine du XVIe s. Gilles de Trèves, 1582. Musée barrois (Source Wikipedia)

Bar-le-Duc, 2021

L’escapade littéraire et musicale du 27 novembre en créant des ponts entre la ville de la Renaissance et la ville du XXIe siècle a offert en effet une belle façon d’habiter et d’enchanter ce lieu où Montaigne s’est rendu deux fois. Conçue par l’association Le Verbe Incertain, cette rencontre a pu exister aussi grâce au soutien de Franck Mourot, Directeur des Affaires Culturelles et à celui de la Mairie, représentée le jour même par Patricia Champion. Dans le cadre d’un premier moment, littéraire, animé par Pascal Grimoin, lectures à voix haute d’extraits des Essais par Pascal Pesnel et analyses des passages précédemment lus visaient, ensemble, à faire entendre Montaigne aujourd’hui. Le deuxième temps, musical, fit résonner, grâce au formidable ensemble Enthéos, les voix de Marc-Antoine Muret et Ronsard, soit par la mise en musique de leurs vers soit par la déclamation de Benoît Damant qui a fait un remarquable travail d’investigation pour restituer, autant qu’il lui était possible, la prononciation d’époque.

Cette formule a été appréciée et saluée par l’auditoire. Je crois que cela a fonctionné, parce que plusieurs personnes portaient et portent le désir de préserver l’attachement à leur ville ou leur région en cultivant la mémoire de son histoire et en faisant vivre une culture actuelle qui dialogue avec cette mémoire. En écrivant cela, je pense aussi bien aux œuvres de Fabrice Rotenhauser, artiste émailleur dont certaines œuvres s’inspirent du Transi de Ligier Richier, à la ténacité patiente de Franck Mourot qui réfléchit avec la Mairie à la façon de trouver des fonds pour poursuivre la restauration du collège Gilles de Trèves et d’en faire un lieu culturel ouvert aux Barisiennes et Barisiens, à la passion de Benoît Damant qui exhume la musique jouée à l’époque florissante du duché de Lorraine, à la volonté de Pascal Pesnel de transmettre, par la lecture en public, les mots de Michel de Montaigne qui n’ont cessé de l’accompagner depuis son adolescence. Chacun aspire à sa façon à entretenir le passé pour que le présent soit riche.

Bar-le-Duc ne peut donc qu’attirer les montaignistes qui seront magnifiquement accueilli.e.s, elle ne peut qu’attirer toute personne curieuse du fait de sa splendeur renaissante. Le collège Gilles de Trèves et le Transi de Ligier Richier n’en sont qu’un bel échantillon.

NB : L’Est Républicain a consacré un article à cette rencontre.


  1. Note de l’édition de la Pléiade (Les Essais, dir. J. Balsamo, M. Magnien et C. Magnien-Simonin, Paris, Gallimard, 2007, p. 1650). []
  2. Fils adoptif de Louis Ier, Cardinal et Duc de Bar, René d’Anjou, en épousant Isabelle de Lorraine en 1420, réunit duchés de Bar et de Lorraine. Le portrait de lui, qui sert d’illustration à ce billet, est de Nicolas Froment et se trouve au Louvre (source Wikimedia Commons) []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.